Qui sommes nous ?

MDM-A5-Version-Web-RectoMDM-A5-Version-Web-Verso

 

Présentation synthétique des activités de la structure :

–            Produire du discours, défendre, promouvoir, développer les domaines artistiques que sont les musiques et danses du Monde auprès des Institutions (Collectivités territoriales, État, Financeurs, lieux de diffusion d’enseignement, etc…).

–            Mutualiser nos moyens et réfléchir à de nouveaux modèles économiques

–             Structurer et élargir un réseau régional, à partir des fondations existantes dans les divers départements à des niveaux certes différents mais réels.

–            Développer les démarches de formation et d’enseignement à tous les niveaux : de l’initiation à la professionnalisation.

–            Coordonner et renforcer le travail de diffusion dans toutes ses dimensions, y compris celles qui touchent à la question de la relation entre l’économie de la culture, l’économie sociale et solidaire et la coopération internationale.

–            Approfondir les démarches qui participent au vaste mouvement qui lie création et tradition dans le monde entier. Ces démarches artistiques actuelles en Ile de France peuvent permettre de conquérir une place majeure sur le plan international.

 

Historique du collectif :

Le Collectif MDM IdF est né de la réflexion d’un groupe d’acteurs implantés en région Ile-de-France : le Cap (Aulnay 93), le CRL10-Espace Jemmapes (75010), l’Espace Prévert-Scène du Monde (Savigny-le-Temple 77), Villes des Musiques du Monde (93), la Maison des Jeunes et de la Culture de Ris-Orangis-Centre des Musiques Traditionnelles en Ile-de-France (MJC-CMT de Ris-Orangis 91) avec la complicité de l’ARIAM Ile-de-France et de la DDC de la ville de Nanterre (92). Ce groupe s’est réuni régulièrement pendant un an, animé par le sociologue Jean Lebohec. Le 9 décembre 2010 était organisée une journée de rencontre et de travail rassemblant une soixantaine de structures culturelles, institutions, associations, etc. Les travaux menés lors de cette réunion et par le premier groupe d’acteurs aboutissent à l’élaboration de la Charte du Collectif MDM IdF (http://collectifmdm-idf.com/la-charte/).

Le 18 janvier 2011, lors de la création du Collectif MDM IdF, la Charte est adoptée par l’ensemble de ses membres. Ils constituent alors des commissions et des groupes de travail. Ceux-ci vont initier la mise en place d’outils de communication ; l’organisation de moments de rencontres, de réflexion et de débats ; l’accompagnement de projets initiés par ses membres.

Outils de communication

Le site Internet http://collectifmdm-idf.com est conçu essentiellement comme un outil participatif au service des membres du collectif. Le journal mdm est une émanation du Centre de Musiques Traditionnelles (CMT) de Ris-Orangis, qui a servi d’association support au Collectif MDM IdF durant ses trois premières années. Le CMT avait confié au collectif la responsabilité de la rédaction du journal mdm, mettant à sa disposition les moyens qu’elle consacrait jusqu’alors à la réalisation de celui du CMT.

Six numéros du journal mdm sont parus à ce jour. Ils sont téléchargeable sur le site mdm. Le n°0 présente le Collectif MDM IdF et publie sa Charte. Les n°1 et 2 présentent le site web, les activités des membres du collectif et celles qui lui sont propres. Hors Série, le n°3 propose un ensemble d’articles visant à la préparation de la première Journée de rencontres organisée en novembre 2012, sur le thème “Territoires de cultures / Cultures de territoires”. Le n°4 “Faire Orchestre pour Faire Société” témoigne de la richesse des interventions et de la qualité des intervenants qui se sont exprimés à l’occasion de la Journée de rencontres “Territoires de cultures / Cultures de territoires”. Le n°5 “Fabriques d’orchestres” publie la synthèse des débats de la deuxième Journée de rencontres organisée en novembre 2013 autour du thème “Faire Orchestre – Faire Société”. Il présente également les dispositifs proposés par les pouvoirs publics en direction des pratiques musicales des amateurs en Ile-de-France.

Journées de Rencontres

Dans le cadre du festival Villes des Musiques du Monde, en novembre 2012 et 2013, en collaboration avec l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), le Collectif MDM IdF a organisé deux journées de rencontres-débats, auxquelles ont participé de très nombreux acteurs dans le domaine des musiques et danses du monde, parmi lesquels des artistes de renom, comme Roger Raspail, Vincent Segal, Henri Tournier ou Camel Zekri.

Accompagnement de projets

Deux projets de films ont été soutenus financièrement par le Collectif MDM IdF :

“Quand je suis né, je savais danser – La danse des Tsiganes de Montreuil”, de Chrystel Jubien et Emmanuelle Rigaud, décrit l’évolution du travail sur la danse entrepris par la compagnie Les Alouettes Naïves au sein de la communauté des Rom de Montreuil, favorisant notamment la relation intergénérationnelle. “Dans’Art Capoeira”, fait par la MJC de Ris-Orangis, retrace le travail réalisé au CMT avec de jeunes Franciliens, encadrés par des “maîtres” de la capoeira.

Les “Fabriques d’orchestres” sont des initiatives repérées par le festival Villes des Musiques du Monde, membre du Collectif MDM IdF. Le grand nombre, la diversité, la richesse des pratiques collectives de musiques et danses du monde liant en Ile-de-France des amateurs et des professionnels a incité ses organisateurs à s’intéresser, puis à accompagner ce phénomène des fabriques d’orchestres. Si El Mawsili, ensemble de musique arabo-andalouse dirigé par Farid Bensarsa, s’impose comme un exemple emblématique par sa pratique autonome d’une transmission de savoir de valeur hautement culturelle, d’autres initiatives ont également besoin de soutien. Ainsi le festival accompagne-t-il sur le long terme les initiatives du 93 Super Raï Band, du PMO Social Club ou du Neuf Trois Cumbia.

La thématique a fait l’objet d’une très riche Journée de rencontres, où ont été abordées les questions de répertoire, de transmission, de mixité sociale qui s’y trouvent intimement mêlées. La synthèse en a été publiée dans le n°5 du Journal mdm, téléchargeable sur le site. Alors que, paradoxalement, ce phénomène vivace aux résultats plus qu’encourageants est quasiment ignoré par les institutions culturelles, le Collectif MDM IdF y porte une attention particulière, en collaboration avec des chercheurs de l’EHESS. Trois ensembles relevant des fabriques d’orchestres — l’orchestre du Club de Choro de Paris, le chœur d’hommes basque Anaïki, le 93 Super Raï Band — ont participé à l’édition 2014 du festival Au Fil des Voix, autre membre du collectif. L’articulation qui permet à ces initiatives de “faire société” est actuellement l’une des pistes de réflexion privilégiées par le Collectif MDM IdF.


Création d’une association spécifique :

A partir de février 2014, des difficultés internes n’ont pas permis à la MJC de Ris d’être présente dans les réunions du collectif. Cette absence, ainsi que les perspectives d’évolution des politiques publiques dans la région, nous ont conduits à nous reposer la question de la forme juridique du collectif (sachant que la DRAC et la Région nous poussent dans le sens d’une structure spécifique depuis le début).

Pour une part, la situation actuelle reste la même que celle qui a présidé à la constitution du collectif  il y a quatre ans : sans nous enfermer dans de stériles débats sur l’esthétique « musique du monde » ou « musique traditionnelle » nous pouvons évidemment toujours faire le constat du poids énorme de ce secteur dans tous les domaines (transmission, pratiques amateurs, diffusion, production, présence d’un grand nombre d’artistes du monde entier dans notre région) avec une prise en compte par les diverses collectivités publiques très modeste et qui reste très en dessous du soutien accordé aux pratiques de musiques dites « classiques ». Le caractère « social » des pratiques que nous défendons est évident et l’aspect contribution au mieux « vivre ensemble », de notre point de vue insuffisamment soutenu. Ajoutons la préoccupation d’une réelle mise en œuvre des droits culturels défendus par l’UNESCO, auxquels la République française a adhéré et qui restent peu mis en œuvre dans les politiques publiques. A ces constats s’ajoutent les perspectives de transformation de la géographie des politiques culturelles en Île de France dès janvier 2016….

Dans ces conditions, il était essentiel de constituer un interlocuteur associatif reconnu, susceptible de représenter notre « secteur », avec ses caractères propres et ses démarches particulières, dans les négociations qui ne vont pas manquer de se tenir dès 2016.

Les statuts de la nouvelle association et la façon de les faire vivre permettent de conserver le mode de fonctionnement « animation de réseau » qui a présidé au fonctionnement du collectif depuis sa naissance. La possibilité d’adhérer est très ouverte, permettant à la fois l’adhésion de personnes morales et de personnes physiques.

 

Association Collectif Musiques et Danses du Monde en Ile-de-France (Collectif MDM IdF)

La nouvelle association, créée le 15 janvier 2015, a défini cinq grands axes de travail pour 2015-16.

1 • Ressources & Médias en ligne

Base de données

— État des lieux des acteurs des musiques et danses du monde en Ile-de-France. Recenser les forces vives dans les domaines essentiels : spectacle, musique enregistrée, formation, médias, institutions/associations, artistes/groupes. Cet inventaire se conforme aux critères éprouvés par l’Irma pour réaliser sa base de données. Une convention est établie entre l’Irma et le Collectif MDM IdF.

— Projet de base de données européenne des musiques et danses du monde, avec des partenaires d’autres pays d’Europe. Les données seront harmonisées et mutualisées.

Communication en ligne

— Site web : améliorer l’interactivité, l’accès aux contenus ; établir une politique éditoriale ; renforcer les fonctions de service aux adhérents.

— Réseaux sociaux : renforcer la visibilité du Collectif MDM IdF notamment sur Facebook et Twitter.

— Relations avec les partenaires : dynamiser les échanges et interactions entre les adhérents, les partenaires (FAMDT, etc.), les institutions et collectivités territoriales.

2 • Transmission & Fabriques d’Orchestres

Le terme Fabriques d’Orchestres désigne des rassemblements réguliers d’instrumentistes amateurs et/ou professionnels dont les répertoires musicaux, les méthodes pédagogiques et les formes de représentation publique diffèrent des pratiques musicales collectives telles qu’elles sont enseignées dans le réseau des conservatoires et des écoles de musique agréées.

Cet axe de travail consiste à :

— Approfondir un travail de repérage déjà engagé, par la création d’une cartographie des Fabriques d’Orchestres innovantes en Ile-de-France.

— Participer à l’effort de certains conservatoires municipaux ou régionaux d’Ile-de-France en améliorant la connaissance sur le rôle des musiques et danses du monde dans les institutions consacrées de l’enseignement musical.

— Reconnecter les idéaux de sauvegarde et de protection du patrimoine immatériel à la pratique collective.

— Améliorer la connaissance des « musiques d’ici venues d’ailleurs » en Ile-de-France.

— Identifier les modèles économiques innovants choisis par les acteurs des Fabriques d’Orchestres et travailler à leur diffusion.

3 • Diffusion & Mutualisation des moyens

Le Collectif MDM IdF a pour projet la constitution et la dynamisation d’un réseau de diffusion de musiques & danses du monde, d’abord entre ses membres, en favorisant la mutualisation des moyens.

Cette axe de travail consiste à :

— Mobiliser les adhérents et partenaires (festivals, réseau des MJC d’Ile-de-France, collectivités partenaires, etc.) susceptibles de mettre à contribution leurs lieux et moyens de diffusion afin de donner corps à ce réseau.

— Accompagner la production, la programmation d’une sélection de Fabriques d’Orchestres en soutenant leur diffusion sur les scènes des adhérents et dans le cadre d’événements partenaires du Collectif MDM IdF.

— Aider les artistes qui s’engagent dans la production et la diffusion de spectacle Jeunes Publics « Musiques & Danses du Monde » en encourageant les lieux à programmer ces spectacles.

4 • Jeunes Publics

Le secteur Jeune Public est porté par un foisonnement d’artistes, de compagnies, de lieux de spectacles, de festivals, des services culturels et de l’enfance dans les collectivités. Des organismes professionnels œuvrent également à la production, à la diffusion et à la médiation culturelle à destination des publics jeunes.

Sensible à cette approche, le festival Villes des Musiques du Monde a pris l’initiative d’ouvrir Babel Minots, une scène Jeunes Publics dédiée aux spectacles de musiques et danses du monde dans le cadre de Babel Med Music, en mars 2015. Très bien perçu, cette initiative a bénéficié de soutiens de la part du Ministère de la Culture, de Babel Med Music, de la Sacem, des Jeunesses Musicales de France (JMF), etc.

Fort de ce succès, Villes des Musiques du Monde entend mobiliser les adhérents du Collectif MDM IdF afin de structurer un véritable réseau Jeunes Publics MDM en Ile-de-France.

5 • Rencontres & Recherche

Toute action se doit d’être précédée par la réflexion. Le Collectif MDM IdF a mis en œuvre ce principe en prenant le temps du débat et de la délibération afin de rédiger sa Charte fondatrice. La rencontre, l’échange, la confrontation des idées lui sont toujours nécessaires afin de dégager les lignes directrices de son action.

Chaque année, un temps de réflexions et de débats avec des professionnels et des chercheurs est proposé autour de thématiques solidaires et citoyennes, en relation étroite avec les pratiques et la transmission des musiques et danse du monde (Ex. : Droits culturels ; Fabriques d’orchestres ; Cultures et territoires, etc.) Ainsi en sera-t-il en 2015-16.

Le Collectif MDM IdF souhaite également poursuivre son partenariat avec l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), notamment autour du programme de recherche sur les nouvelles orientations concernant la transmission des musiques & danses du monde et l’éducation musicale des enfants et des adultes en Ile-de-France.

Partager l'article